ChooseMyCompany

Trouvez l'entreprise où vous serez heureux !

Étiquette : suicide

Orange France Télécom. Et ça continue…

A peine arrivé, c’est Stéphane Richard (le PDG) qui se fait passer au crible après ue interview au Figaro, certes  un peu maladroite

Lire la suite sur Miroir Social

Orange France Télécom. L'observatoire du stress accessible aux salariés

Depuis l’Intranet de l’entreprise, les salariés de  France Télécom ne pouvaient pas accéder à ce site appelé : « Observatoire du stress et des mobilités forcées ».

Mais depuis quelques jours, l’accès a été créé et le site est en accès libre. On ne peut que saluer cette ouverture, signe de la volonté de dialogue et de transparence.

Mais tout de même, quel site !!!

On comprend les réticences de la direction à le mettre à disposition des salariés.

Lancé en 2007 à l’initiative des syndicats  CFE-CGC/Unsa et SUD du groupe et en partenariat avec le conseil Général d’Ile de France, ce site est dirigé par Pierre Morville, délégué syndical central du groupe CFE-CGC/UNSA du France Télécom-Orange.

Il pointe de façon crue et sans concessions les dysfonctionnement sociaux de l’entreprise et dresse à tableau extrêmement sombre du management RH de France Télécom depuis son changement de statut.

Le rapport « management par le stress » en est une terrifiante illustration.

La rubrique « Urgence » donne l’impression que les salariés évoluent en terrain miné et la ribambelle de documents et articles sur les suidices, dont certains particulièrement détaillés (voir le document sur le recensement des suicides) donne froid dans le dos.

Un site à ne pas consulter si vos enfants postulent chez Orange France Télécom

Image 15

Orange France Télécom. Détails sur les suicides

L’observatoire du stress et des mobilités forcées de France Télécom Orange a décidé de mettre au grand jour un décompte chronologique des suicides et des tentatives de suicide dans le groupe.

Au 16 août, il y a eu 18 suicides et 13 tentatives depuis le début de l’année 2010. Le tout avec des détails..
Lire la suite sur Miroir Social

Suicide, pas de "faute inexcusable" pour EDF

Le tribunal des affaires de Sécurité social de Tours a débouté les enfants d’un ancien salarié d’EDF. Ils demandaient la reconnaissance de la « faute inexcusable » de l’opérateur dans le suicide de leur père en 2004.

Dominique Peutevynck, 49 ans, technicien supérieur à la centrale de Chinon ( Indre-et- Loire) s’était plaint à plusieurs reprises de ses conditions de travail auprès de sa famille.

EDF a plaidé de son côté pour une « cause multifactorielle », c’est à dire des problèmes personnels. L’employé avait vécu une première période de dépression en 1988 et vivait une séparation d’avec sa femme, au moment du suicide.

Le tribunal a suivi la version de l’opérateur et prend en compte cette succession d’événements d’ordre personnel.

Source 20 minutes.fr

France Telecom, le questionnaire aux salariés

La direction de France Télécom a décidé de s’intéresser à l’origine du mal, après la série de suicide au sein de l’entreprise.

Elle a proposé un questionnaire très complet (170 questions) à l’ensemble de ses salariés, vous pouvez voir le questionnaire complet ici. Le questionnaire a visiblement inspiré les collaborateurs. 80% des effectifs ont répondu (soit près de 80 000 personnes).

Voir l’article sur Europe 1.

On dirait que tous nos espoirs de changement reposent sur France Télécom…Nous attendons tous les résultats de ce questionnaires, surtout les actions qui vont suivrent d’ailleurs. France Télécom va peut être à l’avenir servir d’organisation modèle, qui sait ? Oui, si elle sait exploiter ces résultats et réagir.

Tout les médias se concentrent sur France Télécom, mais la majorité des entreprises sont concernées par le stress professionnel. Pourtant, aucune ne réagit. Il faut absolument voir à ce sujet le reportage de Télérama auprès de la (maintenant célèbre !) psychanalyste Marie Pezé, « 27 jours en compagnie des fracassés du travail », découvert grâce au blog en aparté.

Sur le stress professionnel, voir le dossier complet sur Exclusiverh.

France Télécom. 24 dommages collatéraux.

Depuis quelques jours, France Télécom se fait exploser. Dans tous les journaux, à la télé, sur les blogs…

Je crois qu’il n’y a pas d’autre mot.

Ici, un salarié se poignarde à la fin d’une réunion. Là, une jeune femme saute d’une fenêtre de son bureau …

23 suicides, 13 tentatives. En 1 an et demi.

On assiste à un emballement à la fois morbide et médiatique.

France Télécom devient en quelques jours le symbole français de la souffrance mentale au travail.

Le passage d’une administration publique à entreprise privée exerçant dans un secteur ultra concurrentiel n’allait sûrement pas se faire sans dégât.

Les dirigeants le savaient et avaient sûrement « budgété » les dégâts à venir : licenciements, mutations, mobilités…

Mais probablement personne n’avait pensé que ces dommages collatéraux seraient finalement de vrais morts.

On annonce désormais la mise en place d’un numéro vert, la suspension des mobilités, le recrutement de 100 RH, de médecins du travail supplémentaires…

Branle bas de combat.

Il est à regretter que l’organisation n’est pas été pensée en amont, intégrant des considérations humaines.

Le problème en France, c’est que lorsqu’on est patron ou cadre et que l’on évoque en amont des changements leurs impact sur les gens, les sensibilités des personnes, leurs aspirations, on est immédiatement mis au ban des « sensibles », des résistants au changement, voire des « faibles ».

On a seulement le droit de parler de ces sujets une fois que les plans de restructuration sont passés, que les décisions difficiles ont été prises. Et là, ça fait bien.

Alors on crée une cellule d’aide, une formation anti-stress ou de gestion du temps, on donne une petite prime…

Et on communique qu’on est humain.

C’est la méthode française classique. Celle qui passe d’abord en force puis qui se donne donne la bonne conscience paternaliste.

France Télécom en paye le prix le plus fort.

Parce que France Télécom a mis en place l’un des changements les plus forts.

Mais France Télécom fait n’est pas le seul.

Il faut réfléchir différemment.

Se suicide-t-on chez France Télécom ?

«Je me suicide à cause de mon travail à France Télécom. C’est la seule cause.»

Comment attaquer plus directement l’image de son entreprise ?

Et que penser de cette explication définitive donnée par ce salarié de 51 ans qui s’est donné la mort le 14 juillet dernier ?

Quelle responsabilité effectivement donner au management de France Télécom ?

Aux problèmes professionnels du salarié, indépendants du management de France Télécom ?

A ses problèmes personnels ?

Que déduire de cette sombre histoire ? Pas facile. Voici ce que j’arrive à déduire sans trop interpréter :

1. Les trois causes sont liées. Impossible de dire  dans quelles proportions (la lettre ne peut pas être considérée comme objective).

2. Ce salarié se sentait particulièrement mal dans son entreprise.

Un peu frustré de ne pas pouvoir tirer de conclusion définitive, j’ai regardé les seuls faits que j’ai en ma possession.

En France, la population âgée de plus de 20 ans* est de 48 386 993 (insee 2008). On dénombre 12 000 suicides environ par an (source Doctissimo). La proportion est donc de 0.024%.

Chez France Telecom,  la population est de 102 254 salaries. On dénombre 18 suicides depuis février 2008. La proportion est donc de  0,017%.

Il y a donc 29% de suicides de moins parmi les salaries de France Telecom que dans la population française de + 20 ans.

Conclusion, si vous travaillez chez France Télécom, vous avez moins de chance de vous suicider.

Et pourtant, ce que l’opinion retiendra, c’est que France Télécom est une entreprise horrible.

Étonnant non ?

* j’ai pris la population de + de 20 ans pour pouvoir comparer avec les salaries de FT. Cela augmente le taux de suicide en France mais rend comparables les resultats,

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén