Le stress et l'entreprise, le gouvernement retire sa liste !

24h après la publication du classement en « orange » ou « rouge » des entreprises n’ayant pas conclu d’accord contre le stress, il n’est plus accessible sur le site du ministère du travail. Après avoir stigmatisé les entreprises n’ayant pas signé d’accord contre le stress, le gouvernement se retire.

Rappel : le gouvernement avait  demandé aux entreprises de plus de 1000 salariés d’engager avant le 1er févr 2010 des négociations en vue d’accords ou de plans d’action sur les risques psychosociaux.

Quelques jours après la date butoir, le gouvernement a fait comme à l’école, les entreprises qui ont conclu un accord apparaissent en « vert » sur la liste, en « orange » celles qui ont des négociations en cours et en « rouge » celles qui n’ont pas entamé les démarches.

Distribution gratuite de « bons points » pour les « verts », alors qu’un accord ne suffit pas, encore faut il savoir ce qu’il y a dedans. La question de l’efficacité des plans d’action mérite d’être posée, non ???

Quant aux « oranges » et « rouges », ils deviennent aux yeux de tous les mauvais, les méchants. Et  cette réputation ne plait pas aux « oranges » et « rouges », ils demandent donc très très vite à ce que cette liste soit retirée, et c’est chose faite.

Voila ce qu’on trouve sur le site du ministère « A l’issue de la première classification, de nombreuses entreprises classées en rouge et orange ont fait part de leur intention d’engager ou de poursuivre des démarches en matière de lutte contre le stress. Nous nous employons à préparer une nouvelle photographie de la situation des entreprises ».

Moi je ne crois pas que les  « oranges » et « rouges » se soient pris un électrochoc et aient décidé de travailler très dur et très vite sur ces sujets, je crois surtout que les « oranges » et les « rouges » n’étaient pas contents du tout et qu’ils se sont fâchés « orange voir tout rouge »…

Voila ce que donnaient les listes :

Les « verts »: PSA, GDF Suez, Sodexho, Thales, Rhodia, et bien d’autres, la liste est ici.

Les « oranges »: France Télécom, Décathlon, Sony, Maaf…

Les « rouges » Picard, GSK, Alyzia, GlaxoSmithCline, Labeyrie, C&A France …

Une information de toute façon insuffisante pour se faire un jugement sur l’entreprise et sa gestion du stress.

minist

Le Burn out, comment l'éviter ?

Interview de Pierre Eric Sutter, directeur associé de m@rs-lab :

quel lien entre « burn out » et « compétences » ?

Les compétences de l’individu peuvent être affectées par un ennemi insidieux, le « burn out ». Il  signifie littéralement « se consumer de l’intérieur » et décrit le processus psychologique d’épuisement professionnel. Le plus souvent, il concerne les individus très investis dans leur travail qui perdent toute implication jusqu’à parfois sombrer dans la dépression, parce que leur travail n’a pas produit les résultats désirés, malgré tous leurs efforts.

Comment en arrive-t-on au burn out ?

Le plus souvent, par un sur-investissement personnel, un souci de perfectionnisme, au regard d’objectifs à atteindre. En effet, pour réaliser ses objectifs, tout individu doit avoir la conviction de posséder les compétences nécessaires à la situation. Lorsque les objectifs ou tâches dépassent les ambitions que l’individu pense pouvoir atteindre, l’anxiété commence. Deux options s’offrent à lui: soit il abandonne, soit il persévère. L’individu qui entre en burn out  est celui qui persévère, malgré le  « mur » qu’il a en face de lui. N’y arrivant pas, il commence à douter de ses compétences, donc de lui-même, ce qui pèse sur son estime de soi – L’estime de soi est l’auto-évaluation que chaque personne conduit sur ses compétences. L’individu se fonde sur son propre regard, mais aussi sur le regard des autres. Il redoute que l’on puisse penser qu’il n’est pas compétent – Dès lors, l’individu redouble d’efforts ; le stress se déclenche. Mais il s’épuise, il se « tue » à la tâche. S’il ne parvient toujours pas à atteindre ses objectifs, cela affecte d’autant plus son estime de soi et donc sa performance ; l’individu se trouve alors pris dans un cercle vicieux.

Comment prévenir le burn out ?

Le burn out est lié à l’organisation du travail et au regard que l’individu porte sur lui-même.

Pour répondre à ses obligations de prévention de santé mentale, l’entreprise doit veiller à ne pas solliciter l’individu de façon croissante et continue. L’être humain ayant une capacité d’adaptation extraordinaire, il s’adapte à son environnement, en perpétuel changement et compose le plus souvent avec une organisation qui monte en contraintes, c’est pourquoi  personne ne voit venir la limite… Et il est trop tard quand le burn out se déclenche.

Au niveau individuel, chacun doit prendre du recul sur son mode de fonctionnement et ses compétences. Les perfectionnistes doivent accepter que la perfection n’est pas de ce monde. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas chercher à se perfectionner pour  progresser !

Article rédigé en partenariat avec Exclusiverh.com

France Telecom, le questionnaire aux salariés

La direction de France Télécom a décidé de s’intéresser à l’origine du mal, après la série de suicide au sein de l’entreprise.

Elle a proposé un questionnaire très complet (170 questions) à l’ensemble de ses salariés, vous pouvez voir le questionnaire complet ici. Le questionnaire a visiblement inspiré les collaborateurs. 80% des effectifs ont répondu (soit près de 80 000 personnes).

Voir l’article sur Europe 1.

On dirait que tous nos espoirs de changement reposent sur France Télécom…Nous attendons tous les résultats de ce questionnaires, surtout les actions qui vont suivrent d’ailleurs. France Télécom va peut être à l’avenir servir d’organisation modèle, qui sait ? Oui, si elle sait exploiter ces résultats et réagir.

Tout les médias se concentrent sur France Télécom, mais la majorité des entreprises sont concernées par le stress professionnel. Pourtant, aucune ne réagit. Il faut absolument voir à ce sujet le reportage de Télérama auprès de la (maintenant célèbre !) psychanalyste Marie Pezé, « 27 jours en compagnie des fracassés du travail », découvert grâce au blog en aparté.

Sur le stress professionnel, voir le dossier complet sur Exclusiverh.

L'Oréal. Nouveau site internet de formation, un concept "anti- stress"

Vous êtes de plus en plus nombreux à partager avec nous les bonnes pratiques des entreprises et je vous en remercie.

L’article que je vous propose aujourd’hui est écrit par Rémi, du Ciffop.

bezen@work

Be zen @ work »

      Quelle drôle de surprise pour les collaborateurs de l’Oréal qui, en arrivant  à l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, ont pu trouver le lundi 26 janvier sur leur bureau une pâtisserie chinoise porte-bonheur et des écouteurs.

Ils allument alors leur ordinateur, entrent machinalement leur mot de passe et arrivent alors sur un écran de fond qui n’est pas le leur et les invite à se connecter sur le site www.bezenatwork.com. Il faut dire qu’en ce lundi, jour du nouvel an chinois, les équipes de la formation ont décidé d’ouvrir leur nouveau site Internet et de créer un buzz autour de lui, qui se poursuivra au cours de la journée avec des démonstrations interactives et une dégustation de thé dans l’ambiance zen du hall décoré pour l’occasion avec force bambous.

Le site, qui a été créé comme réponse à une enquête de satisfaction interne propose une offre de formation vaste et interactive. En effet, disponible à la fois en français et en anglais, il propose, sans vouloir se substituer à la formation en présentiel, cinquante modules entièrement gratuits, ouverts à tous les collaborateurs et consultables aussi bien chez soi qu’au bureau. Ces cinquante solutions permettent de répondre aux besoins spécifiques que le salarié est susceptible de rencontrer dans son milieu professionnel.

Répartis entre « savoir-faire » et « savoir-être », ils proposent des quizz, vidéos et autres réjouissances  sur un thème que choisit le collaborateur et qui peut être « comment cadrer une réunion dès les premières minutes », « comment réussir un entretien délicat », « comment instaurer la confiance en contexte interculturel » ou bien encore «  comment bien préparer sa prise de parole ». Une interface innovante donc, qui répond à un seul objectif : rester ZEN au travail, à l’heure où le stress gagne la plupart d’entre nous !

TTU. Nouvelle abréviation en Entreprise.

Connaissez vous la toute dernière abréviation utilisée dans les entreprises ?

« TTU » pour « très très urgent« .

En cas de force majeure, il existe même une gradation supérieure « TTU++« . Quelle est la prochaine étape ?

Intervenant dernièrement lors d’un colloque organisé à Rennes, une sociologue Nicole Aubert, a vu là une dérive de l’époque: « La société hypermoderne, qui exige une extrême réactivité et une adaptabilité permanente, engendre des pathologies de l’hyperfonctionnement ou de la surchauffe, comme la dépression ou les états anxieux. »

Je réalise que j’aurais pu écrire un papier plus gai pour Noël, alors pour aujourd’hui je lance le CCU Champagne, Cadeaux et Union…

Source « L’express » décembre 2008 

Messier-Bugatti. Gestion du stress sans tabou.

Messier-Bugatti

Au siège de Messier-Bugatti, équipementier aéronautique, une pièce de 32m2 « cosy », à l’ambiance feutrée a été baptisée « espace O2« (pour oxygénation).

Cet « espace O2 » a été conçu pour permettre aux collaborateurs de décompresser et d’exprimer leur stress, ensemble, en se parlant franchement. Concrètement, cet espace sert à réunir des collaborateurs pour qu’ils se parlent, expriment leurs points de désaccord et surtout ne gardent pas leurs frustrations pour eux.

Cette idée vient des collaborateurs eux même. En effet, c’est un groupe de travail composé de 10 managers (seniors et juniors) qui a proposé cette solution, après avoir constaté que la principale source de conflit (et donc de stress) résidait dans les « non-dit« .

Dans cette démarche originale, les collaborateurs ont été accompagnés par des coachs, qui leur ont appris a passer de l’oppression (stress) aux impressions ( le ressenti) et à l’expression (la parole).

Je pense que la réussite de ce genre d’initiative tient beaucoup à l’accompagnement en formation des collaborateurs, sinon c’est un autre « coup de com » (type salle de massage…). Un lieu ne suffit pas en lui même à faire éclater les barrières hiérarchiques et mentales. Surtout qu’il s’agit d’exprimer librement et clairement son stress, sans jamais dépasser les limites acceptables par l’entreprise…

Finalement, je verrais bien ce genre de lieu à l’extérieur de l’entreprise, dans un endroit complètement neutre. Pourquoi pas mutualisé entre plusieurs entreprises ? les personnes pourraient échanger leurs expériences et s’exprimer sans l’étiquette de leur entreprise.

Et je suggère à Messier-Bugatti de continuer dans sa lancée et de travailler sur la refonte de son organisation, apparemment génératrice de stress. Bref, attaquez le problème à la source !

Source « Management », Novembre 2008

Accor. Une solution au stress.

Ibis a lancé une hotline anonyme dont l’intitulé « souffrance au travail » est sans équivoque. Des psychologues sont à l’écoute des salariés 24h sur 24. Cette hotline permet de calmer certaines tensions entre salariés, d’accompagner les victimes de harcèlement moral, d’évacuer le stress lié à la clientèle…

Le groupe Accor ne s’arrête pas là, il s’inspire directement des sujets des appels pour améliorer son organisation et simplifier la vie de ses collaborateurs (garderie, conciergerie…).