Notation d'entreprise : 5 raisons d'être POUR

freedom

Alors que « noter son entreprise » aboutit vite à une notion de jugement – ce que les gens aiment/ n’aiment pas – dans le fond il s’agit de partager le vécu de chacun dans son travail au quotidien.

En ouvrant cette perspective d’échange et d’écoute, voici

5 bonnes raisons de laisser s’exprimer les collaborateurs sur leur travail et leur employeur :

1) C’est moderne :

Dans un monde 2.0, où tout le monde parle, donne son avis librement et a le droit d’être entendu, rejoindre cet espace de dialogue est une preuve d’ouverture et  de souplesse

2) C’est un grand geste de confiance envers les équipes :

Ouvrir la porte à l’expression montre que l’entreprise estime que les équipes sont source d’idées pour continuer à réussir

3) C’est découvrir son « énergie vitale » :

Alors qu’une enquête permet de mettre le doigt sur les challenges,  elle peut tout autant révéler ce qui rend les gens heureux dans l’entreprise…ce qui correspond aux points forts de sa culture et de ses réussites « business ».  Pourquoi ne pas les célébrer ?

4) C’est donner de la responsabilité :

S’exprimer sur internet est un acte impliquant pour le collaborateur.  Tout forum responsable – comme toute communauté – a ses règles. Dire n’importe quoi est décrédibilisant.  Tant qu’il peut exprimer ce qu’il aime ainsi que ses attentes, le collaborateur joue un rôle actif.

5) C’est la réponse à la vraie question que posent les candidats :

« Comment on se sent dans cette entreprise ? »

De par sa nature informative,  la communication institutionnelle seule permet difficilement d’y répondre avec crédibilité et authenticité. Les témoignages des collaborateurs sont donc complémentaires.

En somme, la question de fond se trouve peut-être tant dans le fait d’initier le dialogue et l’écoute – que dans les commentaires eux-mêmes.

Les études récentes montrent que 7 personnes sur 10 sont satisfaites en entreprise*…et même 37% sont « fan » de leur employeur sur facebook.

Et si les collaborateurs partageaient ce qui les rend heureux et engagés ?

Quelle étonnante idée ce serait…


Découvrez meilleures-entreprises.com, 1er site de notation français (+25000 notations et témoignages) sur +2500 entreprises.

*baromètre du bonheur au travail OpinionWay/ 20 minutes octobre 2012 ; étude CEGOS « L’Utilisation des réseaux sociaux en entreprise », 2012.

L'ADAPT révèle son enquête d'opinion sur le handicap

Aujourd’hui, c’est le lancement de la 13ème semaine pour l’emploi des personnes handicapées, organisée par L’ADAPT . J’en parle ici.

A cette occasion, L’ADAPT révèle les chiffres clés du sondage (réalisé en exclusivité pour L’ADAPT) par Harris Interactive*.

Je partage avec vous les résultats qui m’ont interpelée.  Je constate qu’il y a une méconnaissance des causes du chômage des personnes handicapées et des réalités que recouvre le handicap. Mais l’état d’esprit d’ouverture envers les personnes handicapées semble réel. Le rôle des associations est considéré comme essentiel par les sondés.

D’une part, près de 1 personne sur 2 considère que  le travail est un élément clé d’insertion des personnes handicapées. Mais, seulement 17%  des personnes considère la possibilité d’ ‘aller à l’école,  faire des études‘ comme un facteur d’insertion important et ‘pouvoir se reconvertir professionnellement‘ n’apparait pas comme essentiel.

Or on sait que le faible niveau de qualification des personnes handicapées est le principal frein à l’emploi. Emmanuel Constans, président de L’ADAPT, précise que « 19% d’entre eux ont un niveau égal et supérieur au baccalauréat contre 33.2% ayant un niveau inférieur au CAP. Le manque de formation initiale ou la difficulté à reconvertir les personnes à faible niveau de qualification explique un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne nationale ».

D’autre part, 72% des français estiment qu’il ne leur serait personnellement pas difficile de travailler avec une personne handicapée. Et l’insertion professionnelle d’une personne handicapée au sein d’une équipe ne semble pas représenter un risque :

– 85% des personnes interrogées estiment que ‘le succès de l’intégration d’une personne handicapée au travail dépend de tous et non pas seulement d’elle’

– 65% des personnes interrogées estiment que ‘l’intégration d’une personne handicapée n’a pas de répercussions négatives sur la charge de travail du reste de l’équipe’

Mais certaines idées préconçues demeurent :

– Pour 69% des personnes interrogées ‘les personnes handicapées ne peuvent pas accéder à tous les poste, malgré les efforts de tous’

– Pour 83% ‘avant d’intégrer une personne handicapée à un poste, il faut adapter le poste au handicap’

« Si ces résultats démontrent d’une attitude positive à l’égard de l’intégration d’un travailleur handicapé sur le lieu de travail, ils révèlent aussi la nécessité de poursuivre la sensibilisation face à certaines idées préconçues, remarque Emmanuel Constans. Par exemple, il n’y a pas de poste à proprement parler interdit aux personnes handicapées, tout dépend du  handicap et du degré d’autonomie de la personne. On sait aussi que c’est seulement dans 1 cas sur 5 qu’il y a besoin d’adapter le poste de travail au handicap ».

* « Enquête d’opinion sur le handicap », sondage réalisé auprès d’un échantillon de 1000 personnes âgées de 15 et plus, représentatives de la population française (méthode des quotas).

Les français au bureau sont à fuir !

Vous aurez été prévenu, vous avez intérêt à vous méfier de vos collègues de bureau…

Monster a mené un sondage au niveau mondial, honte pour les français qui semblent ne pas avoir un super esprit d’équipe.

Voila ce qui ressort de ce très sérieux sondage (plus de 18 000 votes enregistrés du 25 mai au 5 juin dernier sur le site de Monster) :

25% d’entre nous s’approprient fréquemment le travail de collègues (quand même !). Le résultat est de 9% au niveau mondial…

22% des français sont tentés d’y avoir recours, même s’ils ne l’ont jamais fait. Par exemple, seulement 6% des salariés canadiens ou britanniques agissent de la sorte…

Nous sommes donc tout simplement les champions du monde du plagiat au bureau ! Ou bien nous assumons plus que les autres nos actes et mauvaises pensées…

Les plus intègres sont à rechercher en Espagne, en Suisse ou au Canada. Vous savez où travailler maintenant !

Source le figaro.fr