Démarrer 2013 Heureux au Travail : 13 "Happy Facts" pour commencer l'année

Capture d’écran 2013-01-08 à 8.22.09 PM

Démarrer 2013 Heureux au Travail :  13 Happy Facts pour commencer l’année


Pour commencer 2013, l’équipe meilleures-entreprises.com vous souhaite bien sûr beaucoup d’épanouissement professionnel !

Et donc pour démarrer, voici les 13 « Happy Facts » pour comprendre les fondamentaux du bonheur au travail.

Happiness@Work, c’est :


  1. Une Emotion : du contentement simple à la joie
  2. Composé de plaisir, engagement, et de sens
  3. Depuis le sourire jusqu’à l’état de «flow», ou le fait d’être complètement absorbé par ce que l’on fait
  4. Un produit de l’empowerment, ou un état de choix et de contrôle, en lien avec la conscience critique de son environnement et de ses ressources
  5. Une notion ouverte : chaque individu est unique dans ce qui le rend heureux, et ces éléments peuvent évoluer avec le temps.  La connaissance de soi est donc très importante
  6. Souvent le résultat de découvertes et de réalisations, de la gratitude, et de choses simples («stop & smell the flowers»)
  7. Au travail, il s’agit de donner le meilleur de soi, être le plus créatif possible et avoir confiance en soi
  8. Le sentiment de bien faire, de se sentir à sa place car on met en action ses talents & compétences
  9. Pour tous, de la ligne de production jusqu’à la salle de conseil
  10. Pour les collaborateurs salariés, comprendre les notions d’expérience et de reconnaissance. Une notion plus dans la durée, et pas nécessairement dans une optique de promotion.  Cela peut  aussi inclure des idées d’obligation et de devoir
  11. Pour les stagiaires et apprentis, fondé sur le fait de progresser et de découvrir en contribuant
  12. De l’engagement, une énergie qui est développée par l’entreprise, mais dont l’origine et le potentiel résident en chacun
  13. Une notion moderne et responsable, qui nécessite de savoir ce qui vous motive et d’aller le chercher dans les missions et les équipes où vous agissez

En somme, c’est un état d’esprit positif permettant d’être autonome, de  s’impliquer, de choisir et de partager


Tous nos meilleurs vœux d’accomplissement, d’épanouissement et de découverte pour cette nouvelle année –


–       l’équipe meilleures-entreprises.com


Et si on s'amusait en travaillant?

have fun black

« If it isn’t fun, you’re doing it wrong »

(Si ça ne vous amuse pas, vous ne le faites pas de la bonne manière)


J’aime beaucoup cette phrase, car elle évoque trois choses:

  1. qu’on peut trouver de l’amusement dans tout type de tâche, y compris le travail,
  2. que le fait de « s’amuser » (lire : ressentir du bonheur)  est au moins en partie de la responsabilité de l’individu,
  3. qu’il y a certainement une manière de s’y prendre qui donnera un résultat positif.

Appliqué à la notion du «bonheur au travail », cela donne quelque chose d’intéressant.

Le travail se définit comme une « activité physique ou mentale ayant pour objectif la production ou l’accomplissement de quelque chose ».

Et si « bien faire son travail» pouvait rendre heureux ?  Le bonheur est un état de plaisir (allant de la satisfaction à la joie), qui  s‘oppose à la tristesse… et peut-être qu’on ne reconnaît vraiment le bonheur que lorsqu’on a connu son contraire.  Dans le travail, on est content quand on génère des résultats, quand on a un impact sur l’activité.  On est déçu quand nos efforts sont vains ou ne produisent pas le résultat escompté.  Le bonheur au travail peut donc être une question de performance et de réalisations.

Etre heureux peut ainsi tout à fait venir de l’effort (car c’est de cela qu’il s’agit dans le fond), et provient du sens qu’on trouve à son activité, des relations qu’on crée avec les collègues, de l’accomplissement et du fait d’apprendre. Etre heureux, c’est savoir ce qui est important pour soi, ce dont on aurait besoin pour s’engager et réussir dans sa mission et le rechercher.  Autrement dit, c’est participer et être acteur de sa vie professionnelle.

On s’oppose enfin à la notion qu’être bien dans son travail provient de l’entreprise, qui tend souvent vers des actions anti-stress (lire séminaires et massages) mélangées à une poignée de bonne humeur RH et une (petite) augmentation générale.  En somme, une série de choses que l’employeur fait pour ses collaborateurs dans l’espoir de maintenir la qualité et la productivité.  Baromètre après baromètre, on mesure le « bien-être » des salariés, sans prendre en compte la part de responsabilité de l’individu dans l’histoire.

Donc la prochaine fois que vous vous sentez heureux au travail, arrêtez-vous une seconde, demandez-vous ce qui vous fait vraiment plaisir… et en quoi c’est grâce à vous-même.

You must be doing it right.

Choisir son entreprise ? Et si la vraie question était…

choose happiness

C’est comment de travailler dans cette boîte ?  Est-ce que je vais y être heureux ?

Voilà la question que les candidats se posent dans le fond. Et à laquelle aucun site web corporate (ou page facebook corporate, pour ainsi dire) ne répond.

On appelle ses amis (ou les amis des amis), on demande comment sont les locaux, si on a des copains, si les ordis sont biens, et si les boss sont sympas, si c’est prestigieux, si les produits sont chouettes…

Et si dans le fond, c’était beaucoup plus que cela ?

Déjà, il faut partir de la connaissance de soi : de ses talents, de ses envies, de ses motivations.

Ensuite, vient l’organisation, chacune avec ses spécificités en termes de métier, de culture et du travail de tous les jours.

Comprendre les deux, c’est déjà franchir un pas important pour une entrée efficace dans la vie active.

Etre heureux au travail, au-delà du simple bien-être, c’est le fait de s’épanouir professionnellement en étant « empowered ».   S’approprier son environnement, ses ressources, être impliqué, et accomplir.

C’est une notion moderne et responsable, qui permet de s’orienter dans ses choix de mission et d’entreprise.

Dans le fond, il y a deux choses qui comptent :   d’abord, c’est avoir les moyens de faire bien son travail :  la mise en action des compétences, un environnement stimulant et bienveillant, un management qui donne des objectifs clairs et des feedbacks.  Ensuite vient le côté émotionnel de l’équation, qui permet de s’engager :  le sens pour soi et pour les autres, la fierté, et même le plaisir et l’amusement.

C’est se poser les bonnes questions et lire les organisations autrement que par leurs produits et leur performance.

C’est comprendre ce qui est important pour soi et d’aller le chercher…et ainsi être heureux.