Bien-être en entreprise. Le travail rend-il homme ?

devenirhomme

Mon ami et ex collègue brillant de L’Oréal, Pierre Baudry, vient de publier un petit texte compliqué mais fort intéressant dans Les Échos.

La réconciliation de l’homme et de la performance, l’équilibre vie privée / vie professionnelle, autant de sujets pansements qui nous divertissent et nous évitent une confrontation à une hypothèse plus vertigineuse. Et si l’homme ne pré-existait pas au travail…lire la suite

Comme j’aime bien discuter avec Pierre, qu’il m’a demandé mon avis, et qu’il touche à mon sujet préféré à savoir la place de l’Homme dans l’Entreprise, voici ma réponse :

1/ Pourquoi écris-tu de façon si compliquée un article qui mérite largement d’être compris par des gens qui n’aspirent pas à être au moins aussi intelligent que toi ?

2/ Si j’ai bien compris, l’entreprise développe 2 (réflexivité, compétence) des 4 (réflexivité, compétence, connaissance, convictions ) caractéristiques de l’Homme . L’activité professionnelle occupe théoriquement un homme 8h/jour, pendant 40 ans, soient 1/3 x 1/2 = 1/6 ème de sa vie.
L’homme reçoit donc 3 fois plus de l’entreprise qu’il ne pourrait en attendre proportionnellement en retour. Autrement dit, il reste à l’homme 5/6 ème de ton temps pour acquérir les 2 autres dimensions, et ainsi devenir homme tranquillement

3/ Pas certain que la finalité de l’entreprise soit de faire devenir un individu un homme. Kipling dans « Tu seras un homme mon fils » me semble être plus proche de la vérité en nous contant l’étendue des champs amenant à la condition d’homme. La restriction que tu fais au domaine professionnel me parait … étriquée…

4/ L’entreprise est donc un des voies permettant -ou non- à un individu de devenir un homme. Si elle permet de faire déjà la moitié du chemin (2 conditions sur 4), c’est déjà pas mal. En plus de ces 2 là, elle le sécurise accessoirement (toit + bol de riz).
Pour la « connaissance », il reste les arts, les rencontres, les voyages…
Pour les « convictions », il reste la politique, les religions, les projets personnels…

En conclusion, je pense que l’entreprise n’a pas vocation à faire d’un individu un homme mais de permettre à un individu d’explorer une ou plusieurs voies le rapprochant de sa condition d’Homme.

Ce qu’elle fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *